remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : septembre 2013

Bonamy, Auguste (Joachim Théodore)


Né le 28 avril 1806, à Nantes (Loire-Atlantique), décédé le 29 août 1862 (à Nantes). Ingénieur des ponts-et-chaussées. D’abord saint-simonien, puis fouriériste.


Auguste Bonamy appartient à une importante famille nantaise. Son grand-père, François, docteur en médecine et botaniste, a été recteur de l’université de Nantes au XVIIIe siècle, membre d’académies et de sociétés savantes et auteur de nombreuses publications. Son frère aîné, Adolphe-Henri est négociant, président du tribunal de commerce et conseiller municipal ; son cadet, Eugène, médecin, est l’auteur avec Ange Guépin de Nantes au XIXe siècle et de nombreux travaux scientifiques, les uns concernant la science médicale, les autres les problèmes sociaux , il fait également partie de plusieurs sociétés savantes [1].

Auguste n’a que deux ans quand son père, Pierre Bonamy, capitaine au long cours, décède. Bénéficiant d’une demi-bourse provenant du ministère de la Marine, il entre en 1825 à l’École polytechnique. Quand il en sort, c’est pour rejoindre l’École des ponts et chaussées. Pendant ce séjour parisien, il adhère au saint-simonisme et y amène bientôt son frère Eugène, venu faire ses études de médecine à Paris.

Alors qu’il est ingénieur à Bressuire, il participe à une réunion saint-simonienne organisée à Nantes par Ange Guépin en avril 1833 [2].

Pourtant, à cette époque, il a déjà rejoint le mouvement fouriériste, à la suite de plusieurs anciens saint-simoniens. Les critiques de Jules Lechevalier à l’encontre d’Enfantin et de l’Eglise saint-simonienne et ses « propres réflexions [l’]ont conduit à un état de doute bien pénible, dans lequel [il] végète [pendant] plusieurs mois » ; il se procure les leçons de Lechevalier sur « le système de Fourier » ; « vos leçons m’ont vivement intéressé. Je n’ai pas tout bien compris sans doute, je ne sens point encore l’unité du système, les détails de la machine me semblent ingénieux et beaux, mais je ne vois point la liaison qui existe entre les rouages, je ne sais point le moteur qui imprime le mouvement au système. Et pourtant, j’ai grand besoin de me rattacher, d’avoir confiance à quelque chose » ; « indiquez-moi, je vous prie, les moyens d’entrer plus à fond dans le système auquel vous venez de vous vouer, les ouvrages qui m’éclaireront le mieux ». Il prend un abonnement au Phalanstère dès les premiers numéros et fait envoyer le périodique à son frère Eugène, médecin à Nantes, et à un ami qui travaille à la préfecture de La Rochelle. Il est alors ingénieur à Bressuire, « sous-préfecture des Deux-Sèvres, pays de chouans s’il en est. Tout cela ne cadre guère avec mes idées et mes goûts » [3]. En mai 1833, il obtient une mutation dans le Maine-et-Loire, à Cholet, puis à Angers. En septembre 1833, il se réabonne au Phalanstère, et demande alors à Transon des nouvelles de Fourier, de Considerant, de Lechevalier ainsi que des informations sur « vos actes d’aujourd’hui, vos espérances et vos projets d’avenir » [4].

Ensuite, Bonamy s’éloigne probablement de l’Ecole sociétaire ; il n’apparaît plus dans la correspondance fouriériste. Il est nommé dans le service des ponts et chaussées en 1834 à Nantes et s’occupe de l’entretien des routes ; il épouse en 1839 Amélie Virginie Bourcard, la fille d’un négociant nantais. Il est promu ingénieur de première classe en 1843 et obtient la Légion d’honneur en 1847. Il publie la même année dans les Annales des ponts et chaussées un article sur une technique d’empierrement qu’il a lui-même utilisée. Il souhaite alors obtenir un poste lui permettant de faire « des expériences sur une plus grande échelle » et souhaite « un service spécial d’expériences sur l’entretien de routes en empierrement, traversant plusieurs départements consécutifs convenablement choisis » [5].

Sous le Second Empire, il est considéré par ses supérieurs comme un soutien du pouvoir (« Bonamy, par sa vie privée et par ses sentiments politiques, offre les plus grandes garanties […] Il est profondément dévoué à la cause gouvernementale » [6]), revenu à la foi catholique dont il s’était éloigné.

Souffrant de problèmes de santé depuis de nombreuses années, il est mis en disponibilité en 1855 sans avoir obtenu sa promotion, réclamée depuis près d’une dizaine d’années, au grade d’ingénieur en chef. « Jeté dans une mélancolie profonde après la mort de ses enfants, puis « atteint […] d’un véritable dérangement des facultés mentales » en ses dernières années, il se suicide en 1862 [7].


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : novembre 2013

Notes

[1René Kerviler, Répertoire général de bio-bibliographie bretonne. Livre premier. Les Bretons, 4. BLIO-BOU, Rennes, librairie générale de J. Plihon et L. Hervé, 1890, p. 279 et suiv.

[2Michel Aussel, Nantes sous la monarchie de Juillet. 1830-1848. Du mouvement mutualiste aux doctrines utopiques, Nantes, Ouest éditions, 2002, p. 111-112.

[3Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 36 (681 Mi 48, vues 251-252), lettre du 18 juin 1832 à Jules Lechevalier.

[4Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 39 (681 Mi 58, vue 250), lettre d’Auguste Bonamy à Transon, datée de Cholet, 23 septembre 1833.

[5Archives nationales, F/14/2174/2, lettre de Bonamy, le 20 décembre 1847.

[6Archives nationales, F/14/2174/2, lettre du préfet de Loire-Inférieure au ministre des Travaux publics, 15 mai 1853.

[7Archives nationales, F14/2174/2, lettre de l’ingénieur en chef des ponts et chaussées du département de la Loire-Inférieure au ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, 30 août 1862.


Ressources

Œuvres

Note sur l’entretien des routes en empierrement, 1847 (texte d’abord publié dans les Annales des ponts et chaussées, juillet-août 1847).
Observations sur le choix de l’emplacement de la gare dans la ville de Nantes, par Edouard Gouin et Auguste Bonamy, Nantes, imp. Busseuil, s. d. [1847], 8 p.

Sources

Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS (681 Mi 58, vues 250-253), lettres d’Auguste Bonamy.
Archives nationales, F14/2174/2, dossier de Bonamy, ingénieur des ponts et chaussées.
Archives municipales de Nantes, état civil de Nantes (3e division) acte de naissance du 29 avril 1806 (en ligne sur le site des Archives municipales de Nantes, vue 113/217).
Archives municipales de Nantes, état civil de Nantes (5e canton), acte de mariage du 14 novembre 1839 (en ligne sur le site des Archives municipales de Nantes, vue 74/80).
Archives municipales de Nantes, état civil de Nantes (6e canton), acte de décès du 28 août 1862 (en ligne sur le site des Archives municipales de Nantes, vue 45/64).
Ecole polytechnique, base de données des anciens élèves (en ligne sur le site de la Famille polytechnicienne).

Bibliographie

Michel Aussel, Nantes sous la monarchie de Juillet. 1830-1848. Du mouvement mutualiste aux doctrines utopiques, Nantes, Ouest éditions, 2002, 252 p.
Guy Frambourg, Un Philanthrope et démocrate nantais. Le Docteur Guépin, 1805-1875. Etude de l’action et de la pensée d’un homme de 1848, Nantes, Imp. de l’Atlantique, 1964, 488 p.
René Kerviler, Répertoire général de bio-bibliographie bretonne. Livre premier. Les Bretons, 4. BLIO-BOU, Rennes, librairie générale de J. Plihon et L. Hervé, 1890.


Index

Lieux : Nantes, Loire-Atlantique

Notions : Invention - Saint-simonisme

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Bonamy, Auguste (Joachim Théodore) », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en septembre 2013 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1223 (consultée le 17 novembre 2017).

 . 

 . 

 .