remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : avril 2013

Zundel, Auguste


Né le 9 avril 1835, à Mulhouse (Haut-Rhin), décédé le 18 juin 1885 à Strasbourg (alors Basse-Alsace dans l’Empire allemand, aujourd’hui Bas-Rhin). Vétérinaire. Abonné à La Science sociale. Membre de diverses sociétés savantes.


Auguste Zundel est le fils d’un commerçant tenant une droguerie, et dont la « maison [est] ouverte aux Mulhousiens amateurs de lettres et de science » [1]. Il fait ses études au collège de Mulhouse, puis entre en 1852 à l’École vétérinaire de Lyon. Brillant élève, il obtient plusieurs bourses et différents prix. Il sort en 1856 avec le diplôme de vétérinaire et s’établit dans sa ville natale. Il se marie en 1862 avec Madeleine Mandel, la fille d’un maréchal ferrant ; le couple aura neuf enfants.

Tout en apportant des soins aux animaux de sa clientèle privée, il agit en faveur du progrès agricole dans le Haut-Rhin et de l’introduction de nouvelles techniques ; il est l’un des fondateurs en 1864 du comice agricole de l’arrondissement de Mulhouse, dont il reste le secrétaire jusqu’en 1870. Bénéficiant d’une solide réputation auprès des milieux agricoles et des autorités administratives, il est chargé en 1865 par la préfecture du service sanitaire à la frontière suisse, afin d’empêcher l’expansion de la peste bovine qui sévit alors en Suisse et en Allemagne. Il est admis dès 1856 au sein de la prestigieuse Société industrielle de Mulhouse [2].

Dans la seconde moitié des années 1860, il est en contact avec Noirot, le gérant de la Librairie des sciences sociales. En mars 1867, il s’abonne au nouveau périodique de l’Ecole sociétaire, La Science sociale : « ayant depuis de longues années reconnu l’excellence de la doctrine de Fourier, membre tacite depuis longtemps de l’Ecole sociétaire, je suis heureux de la voir reprendre la parole. Je regrette de ne pas pouvoir pour le moment contribuer plus puissamment à cette œuvre humanitaire » [3]. Il prête « à divers amis les premiers numéros » dont plusieurs ne lui reviennent pas ; aussi en commande-t-il de nouveaux exemplaires « pour compléter [sa] collection » [4]. En mai 1869, il renouvelle son abonnement pour la troisième année de La Science sociale et commande en même temps les Principes de sociologie, de François Barrier [5]. Son nom figure également sur un répertoire datant vraisemblablement des années 1860 [6].

Après la guerre 1870-71, il reste dans l’Alsace annexée à l’Empire allemand. Il conserve d’abord ses relations avec des condisciples français, et plus particulièrement avec Adolphe Jouanne, le fondateur de la maison rurale de Ry (Seine-Maritime) pour laquelle il verse 40 francs [7] ; dans une lettre d’avril 1872, il insiste sur la valeur de la théorie de Fourier et incite son correspondant à la propager :

J’en fais tous les jours l’expérience, la science sociale, telle que l’a établie Fourier, est une clef dont on peut se servir à tout instant dans la vie ; elle vous fait mieux connaître et comprendre l’homme ; elle trouve son application continuelle dans la question d’éducation ; elle vous donne la méthode dans tout travail scientifique et montre le champ et la voie des découvertes.

Propagez les idées de Fourier et vous pourrez les appliquer partiellement dans nombre de circonstances ; là, dans une école où l’on a établi le jardin d’enfants de Froebel, où l’on rend le travail attrayant, là, dans un établissement industriel ou le travailleur participe aux bénéfices ; là dans une association agricole [...]

Cette correspondance avec Jouanne constitue cependant le dernier témoignage de son engagement fouriériste.

Les nouvelles autorités le nomment à la tête de l’organisation vétérinaire nouvellement créée pour l’Alsace ; il s’installe à l’automne 1872 à Strasbourg, où il est chargé à la fois de lutter contre les épizooties, d’améliorer la qualité des races et des animaux reproducteurs, et de surveiller la qualité sanitaire des viandes consommées par la population. Favorable au développement des associations dans le monde agricole, il participe lui-même aux activités de nombreuses sociétés : il contribue à la création du comice agricole de Strasbourg et de la Société mutuelle d’assurance contre la mortalité du bétail (il la préside jusqu’à son décès) ; il est membre de la Société hippique d’Alsace Lorraine et de la Société des sciences, agriculture et arts de la Basse-Alsace, accédant pendant un moment à la vice-présidence de la première et assurant le secrétariat de la seconde. Il est de surcroît membre correspondant ou honoraire de nombreuses sociétés savantes et vétérinaires de nombreux Etats allemands et de différents pays européens (Belgique, France, Russie, Italie). Dans les bulletins de ces revues, mais aussi dans plusieurs ouvrages, il publie de nombreux textes, en français et en allemand, sur l’art vétérinaire, les maladies des animaux, les progrès agricoles, etc. Il s’occupe aussi de la refonte du Dictionnaire de médecine, chirurgie et hygiène vétérinaires (1874-1877) d’Hurtrel d’Arboval dont la première édition datait de 1826-1828. Son activité et ses travaux lui valent plusieurs distinctions.


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : avril 2013

Notes

[1Viviane Zundel, Contribution des vétérinaires alsaciens à l’application de la découverte par Villemin de l’inoculabilité de la tuberculose, Thèse pour le doctorat en médecine, diplôme d’Etat, Université Louis Pasteur, fac(ulté) de médecine de Strasbourg, 1987, p. 55.

[2Florence Ott, La société industrielle de Mulhouse 1825-1876. Ses membres, son action, ses réseaux, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 1999, p. 800.

[3Ecole normale supérieure, carton 13, dossier 1, lettre de Zundel à Noirot, 24 mars 1867.

[4Archives nationales, 10 AS 42 (682 Mi 75), lettre de Zundel, 15 juin 1867.

[5Archives nationales, 10 AS 32 (681 Mi 53), lettre de Zundel à la librairie des sciences sociales, 2 mai 1869.

[6Ecole normale supérieure, fonds Considerant, carton 13, dossier 8, répertoire d’adresses.

[7Ecole sociétaire – Maison rurale d’enfants à Ry (Seine-Inférieure), mars-avril 1872, liste des souscripteurs et reproduction d’une lettre de Zundel, datée du 10 avril 1872 ; et Maison rurale d’enfants à Ry (Seine-Inférieure). Bulletin trimestriel, juillet 1873, liste des souscripteurs.


Ressources

Œuvres
Rapport sur l’industrie chevaline dans le Haut-Rhin, Colmar, Imp. de C. M. Hoffmann, 1863, 65 p. (extrait du Bulletin de la Société départementale d’agriculture du Bas-Rhin, septembre 1863, n°5).
Note sur les indemnités lors d’épizooties, Colmar, Imp. de C. M. Hoffmann, 1865, 6 p.
Rapport de la commission [du comice agricole de l’arrondissement de Mulhouse] chargée d’examiner les moyens pratiques d’amélioration de la race bovine sundgauvienne, Mulhouse, Imp. L. L. Bader, 1868, 4 p.
Rapport de la commission [du comice agricole de l’arrondissement de Mulhouse] chargée de faire la statistique des taureaux employés à la reproduction dans l’arrondissement, Mulhouse, Imp. L. L. Bader, 1868, 19 p.
De la gale des moutons, Mulhouse, Imp. L. L. Bader, 1869, 10 p.
Des améliorations à apporter au mode de transport des animaux par les chemins de fer, Paris, Librairie agricole de La Maison rustique, 1870, VIII-56 p.
Rapport sur le projet de loi sur le régime des eaux proposé par la Société des agriculteurs de France, Colmar, Imp. de J. B. Jung, 1870, 6 p.
De l’inspection vétérinaire des viandes de boucherie, Paris, P. Asselin, 1872, 39 p. (extrait du Recueil de médecine vétérinaire, janvier-février 1872).
Dictionnaire de médecine, de chirurgie et d’hygiène vétérinaires, par L.-H.-J. Hurtrel d’Arboval, édition entièrement refondue et augmenté de l’exposé des faits nouveaux observés par les plus célèbres praticiens, par Auguste Zundel, Paris, J.-B. Baillière, 1874-1877, 3 volumes.
De la Désinfection et des désinfectants au point de vue vétérinaire. Mémoire présenté au concours de 1870 de la Société centrale de médecine vétérinaire, Paris, Typographie des Vves Renou, Maulde et Coke, 1875, 174 p.
Le vétérinaire de la ferme, ou Traité populaire et raisonné d’hygiène, de zootechnie et de médecine vétérinaires, par G. Zipperlen, traduit de l’allemand sur la 4e édition par J. Mandel, revu et complété par A. Zundel, Berne, B. F. Haller, 1875-1877, 2 volumes.
De la Thermométrie chez nos animaux domestiques, Paris, P. Asselin, 1877, 20 p. (extrait du Recueil de médecine vétérinaire, 15 mai 1877).
L’Exposition chevaline internationale de Paris (septembre 1878), Troyes, 1878, 8 p. (extrait du Nord-Est agricole et horticole, 15 novembre-1er décembre 1878).
Le Bétail russe et la peste bovine, Paris, Typographie des Vves Renou, Maulde et Coke, 1879, 10 p. (extrait du Recueil de médecine vétérinaire, 15 avril 1879).
Die Druse der jungen Pferde, Leipzig, H. Dege, 1879, 32 p.
Der Gesundheitszustand der Hausthiere in Elsass-Lothringen in der Zeit vom 1. April 1877 bis 1. April 1878 [ - vom 1. April 1879 bis 1. April 1880] nach den amtlichen Berichten der Kreisthierärzte, Strasbourg, R. Schultz, 1879-1881, 2 volumes.
La Distomatose ou cachexie aqueuse du mouton, sa nature, ses causes et les moyens naturels de la combattre, Strasbourg, G. Fischbach, 1880, 30 p.
Les Dangers de la trichinose étudiés au point de vue de l’hygiène publique et de la police sanitaire, Paris, Typographie des Vves Renou, Maulde et Coke, 1881, 31 p.

Sources
Archives nationales, 10 AS 32 (681 Mi 53), lettre de Zundel, 2 mai 1869 ; 10 AS 42 (682 Mi 75), lettre de Zundel à Jean-Baptiste Noirot, 15 juin 1867.
Ecole normale supérieure, fonds Considerant, carton 13, dossier 1, lettre de Zundel à Noirot, 24 mars 1867 ; et dossier 8, répertoire d’adresse.
Ecole sociétaire – Maison rurale d’enfants à Ry (Seine-Inférieure)
, mars-avril 1872, liste des souscripteurs et reproduction d’une lettre de Zundel, datée du 10 avril 1872.
Maison rurale d’enfants à Ry (Seine-Inférieure). Bulletin trimestriel, juillet 1873, liste des souscripteurs.
Léon Carrière, « Nécrologie – Auguste Zündel », Société des sciences, agriculture et arts de la Basse-Alsace. Bulletin mensuel, tome XIX, 1885, p. 333-336.
M. Wagner, « Discours prononcé sur la tombe », Société des sciences, agriculture et arts de la Basse-Alsace. Bulletin mensuel, tome XIX, 1885, p. 336-339.

Bibliographie
Charles M. Bost, La vie des Zundel. Histoire des Zundel ou Zindel de Mulhouse et autres lieux, Yvetot, Imprimerie nouvelle, 1972, 289 p. (p. 238-240 sur Auguste Zundel).
Jacques-Alexandre Favre, « Zundel Auguste », Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, Strasbourg, Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace, 2003, n°42, Zo à Zy, p.4422-4423.
Florence Ott, La société industrielle de Mulhouse 1825-1876. Ses membres, son action, ses réseaux, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 1999, 812 p.
Viviane Zundel, Contribution des vétérinaires alsaciens à l’application de la découverte par Villemin de l’inoculabilité de la tuberculose, Thèse pour le doctorat en médecine, diplôme d’Etat, Université Louis Pasteur, faculté de médecine de Strasbourg, 1987, 92 p. (p. 55-58, sur Auguste Zundel).

Iconographie
Photographie d’Auguste Zundel dans les collections de la Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg (en ligne sur le site de la BNUS).
Informations sur cette photographie sur le site de la BNUS.
Cette photographie est reproduite dans le Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, Strasbourg, Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace, 2003, n°42, Zo à Zy, p. 4423.


Index

Lieux : Mulhouse, Haut-Rhin - Strasbourg, Bas-Rhin

Notions : Association - Comice agricole - Maison rurale de Ry - Propagande - Sociétés savantes

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Zundel, Auguste », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en avril 2013 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1186 (consultée le 15 septembre 2017).

 . 

 . 

 .