remonter 
Jean-Yves Guengant  |  mise en ligne : mars 2013

Perrin, Adolphe-Adrien, Paulin


Né le 28 janvier 1811 à Guingamp, Côtes-du-Nord (Côtes d’Armor actuelles), décédé le 21 novembre 1864 à Cherbourg (Manche). Chirurgien de marine, membre du groupe phalanstérien finistérien.


Le père d’Adolphe-Adrien, prénommé Jacques, est négociant puis avocat à Guingamp. Adolphe-Adrien, chirurgien de la Marine, formé à l’École de santé navale de Brest (1833), accède au grade de chirurgien de 3ème classe (juillet 1834). Admis au concours de 2e classe en 1838, il exerce à terre, en mer et dans les colonies. Il est notamment affecté en Inde en 1838 [1], et en Guyane dans les années 1850. En 1844, il est appartient au corps des officiers de santé du 2e arrondissement maritime (Brest) [2]. L’année suivante, il est embarqué sur le navire école de la marine royale, Le Borda, comme second chirurgien. Il travaille alors avec Jules-Jean Feillet, officier fouriériste, membre de l’état-major de l’École [3]. Il est cité dans la liste transmise par Paul de Flotte à l’École sociétaire en date du 7 décembre 1844, lors de la constitution officielle du groupe phalanstérien finistérien [4]. Il est fait chevalier de la Légion d’honneur le 29 décembre 1855 [5], alors qu’il est en poste à l’établissement impérial d’Indret (Loire-Inférieure) [6]. Après un séjour à Brest, il est nommé chirurgien principal de la Marine à Cherbourg, où il décède en 1864


Jean-Yves Guengant

Dernière mise à jour de cette fiche : mars 2013

Notes

[1Annales maritimes et coloniales, 1838, p. 279 et État général de la marine et des colonies au 1er janvier 1840, Paris, Imprimerie royale, 1840.

[2Annuaire de Brest et du Finistère pour 1845, publié par la Société d’émulation de Brest, Brest, Imprimerie E. Anner, p. 213.

[3Voir sa biographie dans le Dictionnaire biographique du fouriérisme.

[4Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, lettre de Paul de Flotte, 7 décembre 1844, 10 AS 41 681 Mi 71.

[5Bulletin des lois de la République française, 1855, p 1220 ; Archives nationales, Base Léonore, dossier LH 2108/53 (13 pièces).

[6La fonderie d’Indret prend de l’importance avec le développement de la marine à vapeur. A partir de 1856, un navire de guerre doit avoir obligatoirement un système de propulsion associant la vapeur. Voir S. Girandier, « L’établissement d’Indret, des origines à 1914 », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1993, volume 100, n°3, p. 357 – 378.


Ressources


Œuvre

Perrin, Adolphe-Adrien Paulin : Conseils hygiéniques et médicaux pour les bâtiments divers qui fréquentent la côte occidentale d’Afrique, Montpellier, J. Martel, 1851, 50 p. (thèse de médecine).

Sources
Archives départementales de la Manche, état civil de Cherbourg, décès, 5 Mi 665-1864, vue 247/306.
Archives départementales des Côtes d’Armor, naissances, Guingamp, 1809-1811, vue 224/308.
Annuaire de Brest et du Finistère, à partir de 1835.
Annales maritimes et coloniales, 1860, p. 346.


Index

Lieux : Brest, Finistère - Indret, Loire-Inférieure

Notions : Groupe local

Pour citer cette notice

GUENGANT Jean-Yves, « Perrin, Adolphe-Adrien, Paulin », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en mars 2013 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1155 (consultée le 24 août 2017).

 . 

 . 

 .