remonter 
Jean-Claude Sosnowski  |  mise en ligne : février 2013

Chapelain, Pierre-Jean


Né à Lamballe (Côtes-du-Nord, auj. Côtes-d’Armor) le 15 juillet 1788. Décédé à Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône) le 11 mars 1867. Médecin à Paris puis médecin inspecteur des eaux de Luxeuil. Adepte du magnétisme animal. Chevalier de la Légion d’honneur. L’un des commissaires du projet d’Institut sociétaire pour quatre cents enfants.


Soldat de l’Empire, médecin adepte du magnétisme

Il est le fils de Joseph Chapelain, sans profession, décédé à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) et de Justine Morin décédée à Pancoët (Côte-d’Armor). Il fait les campagnes de Russie et d’Espagne, est prisonnier sur les pontons anglais et sur l’île de Cabrera (Baléares). Reçu médecin le 14 janvier 1817 à Paris, il est un médecin magnétiseur réputé. Proche de Balzac, il est disciple et confident de Joseph Philippe François Deleuze (1753-1835), bibliothécaire du Muséum à Paris, auteur qu’a lu Fourier et que semble avoir côtoyé Victor Considerant [1]. Il fonde en 1827, avec Dupotet de Sennevoy, une revue intitulée Le Propagateur du magnétisme animal. Tous les deux tiennent 6 rue de Seine à Paris, un établissement pour le traitement des maladies par le magnétisme selon le prospectus de lancement de la revue. Chapelain est nommé chevalier de la Légion d’honneur, par décret du 25 août 1834. Il aurait en fait acquis cette distinction sur les champs de bataille de l’Empire. Médecin inspecteur des eaux de Luxeuil, durant vingt ans, il se consacre au développement de l’établissement thermal, pour en faire l’un des plus importants de France. « Jamais inspecteur des eaux ne reçut, pour ses comptes rendus annuels, autant de médailles de l’Académie de médecine » [2]. Lors de son décès, il est marié à Céline Thomas, rentière.

Ami et disciple de Fourier

En 1833, il convainc Charles Harel de devenir actionnaire de l’entreprise de Condé pour cinq cent francs après qu’il lui ait prêté sa collection du Phalanstère [3]. Il paraît proche de Fourier et le convie à sa table à plusieurs reprises [4]. Il participe aux côtés de Considerant à la réunion du 31 juillet 1837 qui officialise la dissidence des membres de l’Institut sociétaire que préside Harel [5]. « Ami et disciple » [6] de Fourier, il assiste le docteur Simon dans les soins prodigués à Charles Fourier avant son décès ainsi que lors de son autopsie selon la lettre qu’adressent Clarisse Vigoureux et Victor Considerant aux sœurs de Fourier. D’après l’inventaire après décès de Charles Fourier, il réside à Paris, rue Basse du Rempart n° 14.

Le 20 août 1837, lors d’une réunion tenue en présence de Charles Fourier, il est désigné comme l’un des commissaires chargé de veiller à l’usage des fonds réunis pour étudier « une fondation en échelle réduite » [7], projet opportunément lancé par Victor Considerant pour donner des gages aux partisans de la réalisation de la théorie de Fourier. Il approuve le 22 janvier 1843 les différents plans et études établis par Maurize et Daly qui doivent finalement servir à la fondation d’un « Institut sociétaire pour 400 enfants » [8]. Chapelain appartient au cercle des fidèles à Victor Considerant, même s’il semble qu’il soit cité dans L’Almanach social pour l’année 1840 parmi les « artistes et travailleurs appartenant à l’Ecole sociétaire » à Paris. Il est indiqué qu’il réside alors 26 rue du Mont-Blanc. Le 31 octobre 1837, à la suite du décès de Charles Fourier, il apporte, ainsi que Julien Blanc, Barbier, Jules Bing et Michelot également commissaires du projet d’étude d’un phalanstère en « échelle réduite », un soutien inconditionnel à Victor Considerant en butte aux critiques des dissidents : « Maintenant que Fourier n’est plus au milieu de nous, il est de la plus grande importance de conserver à la doctrine toute sa pureté, toute son orthodoxie. Or M. Considerant nous paraissant être celui de tous les disciples de Fourier qui a le plus étudié la théorie et celui qui la connaît le mieux aujourd’hui, nous pensons que c’est à lui qu’il appartient de donner le ton et l’impulsion à l’Ecole sociétaire ». Par ailleurs, soulignent les auteurs, « le droit de critiquer les actes du centre ne devrait pas être accordé à d’autres groupes » [9]. Cette position n’empêche pas le journal Le Nouveau Monde en septembre 1839 de souligner son rôle dans l’approfondissement de la science sociale et de relater une expérience menée suite à sa découverte d’une « eau de sa composition, dont la vertu hémostatique est tellement puissante qu’en quelques minutes, elle peut arrêter les plus fortes hémorragies » [10]


Jean-Claude Sosnowski

Dernière mise à jour de cette fiche : janvier 2015

Notes

[1Voir Michel Anthony, Quelques éléments biographiques sur Charles Fourier (1772-1837) et courte présentation du fouriérisme, p. 6 (en ligne sur Acratie.eu).

[2« Nécrologie », Revue de thérapeutique médico-chirurgicale, n° 7, 1er avril 1867, Paris, 1867, p. 194.

[3Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS39 (1) (681Mi65), lettre de Harel du 5 février 1833.

[4Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS25 (3) (681mi39), lettres de Chapelain à Fourier des 13 juillet et 20 décembre (non datées).

[5Aux phalanstériens, la commission préparatoire de l’Institut sociétaire, Paris, Impr. de Lottin de Saint-Germain, Août 1837, p. 27.

[6« [La Phalange, novembre 1837.] Extrait de la lettre envoyée par Madame Vigoureux et Monsieur Considerant aux sœurs de Charles Fourier », Cahiers Charles Fourier, n° 8, décembre 1997, pp. 45-48.

[7« Projet de réalisation. Procès verbal de la séance du 20 août 1837 », La Phalange, journal de la Science sociale, 2e série, tome 1, n° 32 (T 1, n° 5), septembre 1837, col. 1036-1040

[8« Etudes d’un Projet d’institut sociétaire pour 400 enfants. Rapport des commissaires sur l’état des études et la situation du crédit au 22 janvier 1843 », La Phalange, journal de la Science sociale, 3e série, tome 6, 2e partie, n° 99, 15 février 1843, col. 1615

[9Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires , 10AS30(1) (681Mi49), lettre du 31 octobre 1837 de Blanc, Barbier, Bing, Chapelain et Michelot sur une secte dissidente de l’Ecole sociétaire.

[10« Faits divers », Le Nouveau Monde, 21 septembre 1839, p. 4.


Ressources

Œuvres

Typhus en général, avec une description de celui qui régnait en Andalousie parmi les prisonniers français en 1808, Paris, 14 janvier 1817.
Publie avec Dupotet de Sennevoy, Le Propagateur du magnétisme animal, 1827-1828.
Dr Chaplain [sic], Dr Léon Simon, « Procès-verbal d’autopsie », La Phalange, journal de la Science sociale, 2e année, tome 1, n° 34, octobre 1837, col. 1090-1091 (en ligne sur Gallica, vue 1089).
Luxeuil et ses bains, propriétés physiques, chimiques et médicinales des eaux minéro-thermales de Luxeuil... Avec quelques recherches historiques prouvant l’importance de cette ville et de ses bains dans l’antiquité et le moyen âge, Paris, Librairie anatomique, 1851 (en ligne sur Gallica).
Luxeuil et ses bains, propriétés physiques, chimiques et médicinales des eaux minéro-thermales de Luxeuil... Avec quelques recherches historiques prouvant l’importance de cette ville et de ses bains dans l’antiquité et le moyen âge, nouv. éd. revue et augm., Paris, J.-B. Baillière, Nancy, Grimblot, Vve Rayboit et cie, 1857 (en ligne sur Gallica).

Sources

Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS25 (3) (681mi39), lettres de Chapelain à Fourier des 13 juillet et 20 décembre (non datées) ; 10AS30(1) (681Mi49), lettre du 31 octobre 1837 de Blanc, Barbier, Jules Bing, Chapelain et Michelot sur une secte dissidente de l’Ecole sociétaire ; 10AS39 (1) (681Mi65), lettre de Charles Harel du 5 février 1833.
Archives nationales, LH/482/69, dossier de légionnaire (en ligne sur Léonore->http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/leonore_fr?&FIELD_1=NOM&VALUE_1=CHAPELAIN&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&REL_SPECIFIC=9&IMAGE_ONLY=&REL_SYNONYMOUS=1&ACTION=RETOUR]).
Archives départementales de la Haute-Saône, 19Num1045, 5Mi14R19, registre d’état civil de Luxeuil-les-bains, acte de décès n° 21 du 11 mars 1867 (en ligne sur le site des Archives départementales de la Haute-Saône, vue 457).
Aux phalanstériens, la commission préparatoire de l’Institut sociétaire, Paris, Impr. de Lottin de Saint-Germain, Août 1837, p. 27 (en ligne sur le site de la Bibliothèque virtuelle de l’Université de Poitiers, Premiers socialismes.
« [La Phalange, novembre 1837.] Extrait de la lettre envoyée par Madame Vigoureux et Monsieur Considerant aux sœurs de Charles Fourier », Cahiers Charles Fourier, n° 8, décembre 1997, pp. 45-48. (Disponible en ligne : [http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article147]).
« Etude de Me Fourchy, notaire à Paris (16 novembre 1837). Inventaire après le décès de M. Fourier », Cahiers Charles Fourier, n° 8, décembre 1997, pp. 53-66. (Disponible en ligne : [http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article149]).
Victor Considerant, « Appel pour la réalisation de la théorie sociétaire », La Phalange, journal de la science sociale, tome 1, n° 30, juillet 1837, col. 972-975 (en ligne sur Gallica).
« Projet de réalisation. Procès verbal de la séance du 20 août 1837 », La Phalange, journal de la Science sociale, 2e série, tome 1, n° 32 (T 1, n° 5), septembre 1837, col. 1036-1040 (en ligne sur Gallica).
« Projet de réalisation. Rapport des commissaires sur l’état des études », La Phalange, journal de la Science sociale, 2e série, tome 2, n° 18, 15 septembre 1838, col. 283-285 (en ligne sur Gallica).
« Faits divers », Le Nouveau Monde, 21 septembre 1839, p. 4.
« Etudes d’un Projet d’institut sociétaire pour 400 enfants. Rapport des commissaires sur l’état des études et la situation du crédit au 22 janvier 1843 », La Phalange, journal de la Science sociale, 3e série, tome 6, 2e partie, n° 99, 15 février 1843, col. 1615 (en ligne sur Gallica).
Almanach social pour l’année 1840, Paris, Librairie sociale (1839), p. 185 (en ligne sur le site de la Bibliothèque virtuelle de l’Université de Poitiers, Premiers socialismes).
Projet d’institut sociétaire pour quatre cents enfants. Crédit de dix mille francs. Commissaires : MM. Harel, Chapelain, Michelot, Bing, Mialle, Prudhomme, Blanc, Barbier, C...., [Paris], [École sociétaire], [1843 ?] (en ligne sur le site de la Bibliothèque virtuelle de l’Université de Poitiers, Premiers socialismes).
Debraux, Table générale des thèses soutenues à la Faculté de médecine de Paris depuis le 1er janvier 1816 jusqu’au 1er janvier 1825, Paris, Didot jeune, 1827, p. 14 (en ligne sur Medic@, Bibliothèque numérique de Bibliothèque interuniversitaire de médecine).
Bibliographie de la France, ou Journal général de l’imprimerie et de la librairie, Paris, 1827, p. 868 (en ligne sur Gallica).
L. Domange-Hubert, Almanach général de la médecine pour la ville de Paris, 1839, Paris, Librairie des sciences médicales de Just-Rouvier, 1839, p. 258 (en ligne Google livres).
Aubin Gauthier, Histoire du somnambulisme chez tous les peuples, sous les noms divers d’extases, songes, oracles et visions : examen des doctrines théoriques et philosophiques..., tome 2, Paris, Malteste, 1842, p. 355 et suivantes (chapitre III, des expériences du docteur Chapelain) (en ligne sur Gallica).
« Nécrologie », Revue de thérapeutique médico-chirurgicale, n° 7, 1er avril 1867, Paris, 1867, p. 194 (en ligne sur Internet Archive.org->http://archive.org/details/revuedethrapeut07unkngoog], vue 200).

Bibliographie

Madeleine Fargeaud, Balzac et la recherche de l’absolu, Paris, Hachette, 1968.


et sur ce site...

Extrait de la lettre envoyée par Madame Vigoureux et Monsieur Considerant aux soeurs de Charles Fourier
Cahiers - 1997 / n° 8 - décembre 1997
article en texte intégral

Etude de Me Fourchy, notaire à Paris (16 novembre 1837)
Inventaire après le décès de M. Fourier
Cahiers - 1997 / n° 8 - décembre 1997
article en texte intégral


Index

Lieux : Luxeuil, Vosges - Paris, Seine

Notions : Enfance - Magnétisme - Médecine - Réalisateurs

Pour citer cette notice

SOSNOWSKI Jean-Claude, « Chapelain, Pierre-Jean », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en février 2013 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1141 (consultée le 23 avril 2018).

 . 

 . 

 .