remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : décembre 2012

Quantin, Alexandre (François Pierre)


Né le 18 avril 1864, à Allerey (Saône-et-Loire), décédé le 25 janvier 1917 à Chauffailles (Saône-et-Loire). Instituteur, puis photographe. Membre du groupe fouriériste de La Rénovation.


Fils d’un tisserand, Alexandre Quantin fait ses études primaires dans sa commune natale, à Allerey. Il obtient le brevet simple en novembre 1881, alors qu’il a un peu plus de 17 ans, et commence dès ce moment à enseigner comme instituteur adjoint. En 1888, après avoir exercé dans plusieurs écoles de Saône-et-Loire, il a toujours le même statut, malgré ses demandes pour être titularisé. Son directeur lui trouve une « capacité ordinaire » et une « instruction peu étendue », mais il est « actif, zélé », « bon pour les enfants », d’un « caractère ouvert » et jouit d’une bonne « considération » auprès des parents [1].

A la fin des années 1880, il se marie avec Eugénie Jeanne Simon, la fille d’un garde champêtre et d’une blanchisseuse. Une fille naît en 1890, à Saizy, où il est alors en poste.

Dans les années 1890, il obtient de longs congés en raison de difficultés de santé (il n’enseigne pas entre l’automne 1890 et l’automne 1895). [2]

En 1905, son nom apparaît pour la première fois dans La Rénovation  : il s’abonne à la revue, achète des brochures, et, à l’occasion de l’anniversaire de la naissance de Fourier, écrit un mot à Alhaiza [3]. Désormais, à chaque banquet du 7 avril, il envoie une lettre où il exprime ses regrets de ne pouvoir être présent au cimetière Montmartre, puis au restaurant où se réunissent ses condisciples ; mais il assure les convives de sa « participation mentale » à l’hommage rendu à Fourier : « L’anniversaire du Maître me rappelle le devoir de m’unir à tous les phalanstériens pour redire ensemble nos espoirs et nos rêves, hélas ! encore non réalisés, supputer nos pertes malheureusement grandes […] et surtout sentir ensemble que la vivante étincelle qui est en nous peut se propager pour le bonheur universel [4] ; en 1909, il déclare faire de la propagande, dans le milieu rural où il exerce – il est alors à Marcigny, dans l’arrondissement de Charolles, toujours en Saône-et-Loire. L’année suivante, il précise : « j’ai répandu cet hiver dans la région la bonne parole qui fait admirer, discuter et connaître notre doctrine féconde, que j’oppose aux luttes politiques, la question économique et son organisation solutionnant la question sociale. Mon cœur vibre à l’unisson partout où il y a des phalanstériens. On me décore de ce nom dans nos campagnes, et je suis heureux et fier de représenter ici, bien que faiblement, la lumière et la vérité » [5].

En 1910 ou 1911, il quitte l’enseignement et s’installe comme photographe à Chauffailles (Saône-et-Loire) ; mais il continue à correspondre avec Alhaiza : « Je vous prie de vouloir bien exprimer de ma part à nos condisciples mes invariables sentiments concernant l’association intégrale et mon amour de la science sociétaire que je répands toujours autour de moi, excitant chacun à se rendre compte de la doctrine et à s’assimiler les théories du Maître.
J’aspire toujours à créer un noyau sociétaire. Pour l’instant, j’espère m’adjoindre quelques amis voulant essayer des approximations sociétaires réellement possibles dans notre civilisation » [6].

Après sa mort, qui intervient en janvier 1917 [7], ce sont sa veuve et sa fille qui adressent le montant de l’abonnement à La Rénovation, augmenté d’une modeste subvention à l’occasion de l’anniversaire de Fourier, en avril 1917 [8].


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : décembre 2012

Notes

[1Archives départementales Saône-et-Loire, 3 T 608, dossier de Quantin, fiches remplies par le directeur de l’école de Demigny, en juin et en octobre 1888.

[2Archives départementales Saône-et-Loire, 3 T 608, dossier de Quantin, arrêtés préfectoraux accordant des congés, de 1891 à 1894.

[3La Rénovation, n°180, 28 février 1905, n°182, 30 avril 1905 et n°183, 31 mai 1905.

[4La Rénovation, n°212, mars-avril 1909.

[5La Rénovation, n°212, mars-avril 1909 ; et n°218, mars-avril 1910 ; voir aussi les comptes rendus des banquets dans La Rénovation, n°182, 30 avril 1905 ; n°194, 31 [sic] avril 1906 ; n°200, mars avril 1907 ; n°206, mars-avril 1908 ; La Rénovation, n°212, mars-avril 1909.

[6La Rénovation, n°224, mars-avril 1911.

[7La Rénovation, n°256, janvier-février 1917.

[8La Rénovation, n°257, mars-avril 1917 et n°269, avril-mai-juin 1919.


Ressources

Sources
Archives départementales de Saône-et-Loire, 3 Y 608, dossier d’instituteur de Quantin.
Archives départementales de Saône-et-Loire, état civil de la commune d’Allerey, acte du 18 avril 1864 (en ligne sur le site des Archives départementales de Saône-et-Loire vue 2).
Archives départementales de Saône et Loire, état civil de la commune de Saint-Germain-du-Pain, acte de naissance d’Eugénie Simon, 15 août 1869, sur le site des Archives départementales de Saône-et-Loire vue 5).
Archives départementales de Saône-et-Loire, état civil de la commune de Saizy, acte de naissance de Suzanne François Hermance Quantin, acte du 11 janvier 1890 (en ligne sur le site des Archives départementales de Saône-et-Loire vue 11).
Archives départementales de Saône et Loire, commune de Marcigny, recensement de 1906 (en ligne sur le site des Archives départementales de Saône-et-Loire vue 26).
Archives départementales de Saône et Loire, commune de Chaufailles, recensement de 1911 (en ligne sur le site des Archives départementales de Saône-et-Loire vue 26).
La Rénovation, 1906 à 1919.


Index

Lieux : Chauffailles, Saône-et-Loire - Marcigny, Saône-et-Loire

Notions : Enseignement

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Quantin, Alexandre (François Pierre) », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en décembre 2012 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1099 (consultée le 9 août 2017).

 . 

 . 

 .