remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : décembre 2012

Vallot, Claude


Né le 7 décembre 1810 à Ouges (Côte-d’Or), décédé le 29 juillet 1883 à Tournus (Saône-et-Loire). Ouvrier d’imprimerie. Abonné aux différents organes phalanstériens. Partisan de l’essai sociétaire.


Claude Vallot est le fils d’un jardinier installé d’abord à Ouges, puis à Dijon. Il se marie en 1830 avec Marie Jeunet, qui est aussi la fille d’un jardinier, mais qui décède en 1833. Il se remarie l’année suivante avec Philiberte Faivre, 18 ans, fille d’un cordonnier.

Favorable à la réalisation

Prote d’imprimerie, il travaille à Dijon jusqu’à la fin des années 1870. On ignore à partir de quand il adhère aux idées fouriéristes. Il ne figure pas sur la liste dressée par Oudot en 1839 et indiquant la trentaine de Dijonnais se disant « hautement phalanstériens » [1]. En tout cas, au milieu des années 1850, il souscrit au projet de colonie à Réunion (Texas) [2]. Et il est abonné à La Science sociale (1867-1870) [3], puis au Bulletin du mouvement social (1872-1879). Ce dernier organe lui paraît toutefois trop orienté vers les « questions accessoires […] de coopération et de garantisme », tandis que « la véritable question, celle de l’attraction industrielle, [est] à peine effleurée » [4]. Certes, Vallot concède que la réalisation d’un phalanstère ne peut être sérieusement envisagée pour le moment. Mais il souhaite que le Bulletin s’intéresse davantage à l’éducation et promeuve des formes d’enseignement directement inspirées du fouriérisme.

Lui-même soutient les efforts de Jouanne qui, dans la Maison rurale d’expérimentation sociétaire, à Ry, s’efforce d’appliquer les principes fouriéristes en matière éducative. Il lui adresse un peu d’argent (18 francs pour le capital de la société, soit la plus faible contribution d’après la liste des souscripteurs de 1876 ; et 6 francs pour la Ligue de l’éducation nouvelle) [5]. Il lui envoie aussi ses encouragements : la Maison rurale, ce « modeste spécimen », écrit-il, est « le seul moyen d’entraîner de nombreuses adhésions et de faire entrer l’humanité dans la voie de sa destinée. […] Ce sera à vous [Jouanne] que l’Ecole devra ce triomphe » [6] ; mais, il déplore le manque d’enthousiasme des fouriéristes pour cette œuvre : « Ah ! si tous nos condisciples comprenaient, eux aussi ! mais la plupart sont indifférents ou découragés et, je le dis avec douleur, le jour vient où les vieux seront descendus dans la tombe, et il n’y aura point de jeunes pour les remplacer…. Cependant, il ne faut pas désespérer » [7].

« Surveillé et pourchassé »

A Dijon même, dans les années 1870, il fait circuler des ouvrages et le Bulletin du mouvement social, afin de propager les idées sociétaires et aussi de « stimuler le zèle par trop rafraîchi de nos anciens condisciples de Dijon » ; il n’a d’ailleurs plus beaucoup de relations avec eux, alors qu’il a existé dans cette ville un véritable groupe phalanstérien dans les décennies précédentes [8]. Mais ses efforts restent vains : « A Dijon, je n’ai pu décider [à s’abonner] ceux à qui j’en ai parlé ; à les entendre, ils n’ont pas le temps de lire » [9]. Du reste, son activité phalanstérienne est contrariée par « les ennemis dont [il est] entouré, aussi bien à [son] domicile qu’à l’atelier » ; « surveillé et pourchassé » [10], il ne peut lire chez lui le Bulletin du mouvement social et le périodique publié par Jouanne : « j’ai une femme qui devient hydrophobe [c’est-à-dire ici, enragée] rien que de penser que je lis de pareilles horreurs » ; et il lui est « encore plus difficile de trouver le moyen d’écrire [à la rédaction du Bulletin] que de lire ». Enfin, « la même persécution a lieu aussi à l’égard de mes livres ; on a presque complètement détruit ma collection de l’École sociétaire. C’est à peine si j’ai pu sauver quelques petits livres en les cachant dans le local de l’imprimerie où je travaille » [11].

En 1878, il part travailler à Chalon-sur-Saône, où son gendre Bellenand a fondé une imprimerie. Il espère, à l’abri des « persécutions » de sa femme, restée à Dijon, nouer des liens avec des fouriéristes de Chalon [12]. Comme d’autres militants provinciaux peu à peu réduits à l’isolement, il est très attentif aux manifestations phalanstériennes parisiennes : il voit « avec bonheur que l’anniversaire du 7 avril est célébré comme autrefois » ; il en éprouve « une joie bien vive surtout à cause du toast de notre vénérable et vénéré M. Muiron, le doyen des disciples du grand fondateur de la Science sociale, l’auteur de Vices de nos procédés industriels et des Transactions sociales et religieuses, ouvrages que j’ai lus et relus, et que je lis toujours avec un vif intérêt » [13].

Deux années plus tard, il est à Tournus, toujours comme prote d’imprimerie et avec son gendre. Il s’engage à verser pendant trois ans 25 francs chaque année pour maintenir en vie la librairie des sciences sociales, ce qu’il fait en 1880 et 1881, mais pas en 1882, à l’instar de beaucoup de ses condisciples qui ne croient plus en la possibilité de prolonger l’existence de cet établissement [14]. Parallèlement, il continue à encourager Jouanne et à soutenir la Maison rurale, « l’œuvre la plus progressive que l’on ait jamais conçue », mais qui connaît alors de graves difficultés ; il rappelle être un ardent partisan de l’expérimentation et déclare saisir « toutes les circonstances pour appeler l’attention sur la doctrine du libre essor des facultés et sur la nécessité de les développer, de les cultiver et utiliser » [15]. Il meurt quelques mois plus tard, à Tournus.


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : décembre 2012

Notes

[1Voir dans ce même dictionnaire la notice de Jean-Claude Sosnowski sur Oudot.

[2Bibliothèque municipale de Lyon-Part Dieu, fonds Rude, carton 55, liste de souscripteurs à la colonie.

[3Ecole normale supérieure, fonds Considerant, fonds Considerant, carton 13, dossier 2, lettre de Vallot, 23 juin 1868 (réabonnement).

[4Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 42 (681 Mi 74), lettres du 18 mars 1873 et du 24 janvier 1874.

[5L’Education nouvelle par le libre essor des facultés. Bulletin trimestriel de la Maison rurale d’expérimentation sociétaire fondée à Ry, octobre 1876, « Tableau récapitulatif des souscriptions reçues par la Société de fondation au 1er octobre 1876 » ; et juillet 1877.

[6Ecole sociétaire – Maison rurale d’enfants à Ry (Seine-Inférieure), janvier-février 1872, « Correspondance », lettre du 15 janvier 1872.

[7Ecole sociétaire – Maison rurale d’enfants à Ry (Seine-Inférieure), mars-avril 1872, « Correspondance », lettre du 10 mars 1872.

[8Archives nationales, 10 AS 42 (681 Mi 74), lettre du 18 mars 1873.

[9Archives nationales, 10 AS 42 (681 Mi 74), lettre du 20 avril 1878.

[10Archives nationales, 10 AS 42 (681 Mi 74), lettre du 31 janvier 1877.

[11Archives nationales, 10 AS 42 (681 Mi 74), lettre du 13 mars 1876.

[12Archives nationales, 10 AS 42 (681 Mi 74), lettre du 20 avril 1878.

[13Archives nationales, 10 AS 42 (681 Mi 74), lettre du 20 avril 1878.

[14Archives nationales, 10 AS 32 (681 Mi 53), liste de souscripteurs, 1880 ; Ecole normale supérieure, carton 2, dossier 8, brouillon de liste de souscripteurs, 1880.

[15Maison rurale d’expérimentation sociétaire à Ry (Seine-Inférieure), janvier 1883, reproduction d’une lettre du 19 novembre 1882.


Ressources

Sources
Archives nationales, 10 AS 32 (681 Mi 53, vue 169), souscription à la librairie des sciences sociales ; 10 AS 42 (681 Mi 74, vues 393-407), lettres de Vallot au Bulletin du mouvement social, 1873 à 1879.
Ecole normale supérieure, fonds Considerant, carton 2, dossier 8 (souscripteurs, 1880) ; carton 4, dossier 3, chemise 2 (comptes du Bulletin du mouvement social, avec réabonnements), janvier 1878 et janvier 1879 ; carton 13, dossier 2 (lettre de Vallot, 23 juin 1868).
Bibliothèque municipale de Lyon-Part Dieu, fonds Rude, carton 55, liste de souscripteurs à la colonie.
Archives départementales de Côte-d’Or, état civil d’Ouges, acte de naissance du 7 décembre 1810 http://archivesenligne.cotedor.fr/ark :/71137/07b5d7f4e3702bf9 vue 183.
Archives départementales de Côte-d’Or, état civil de Dijon, acte de mariage du 7 octobre 1830 http://archivesenligne.cotedor.fr/ark :/71137/48ea2de85ef407d0 vue 422.
Archives départementales de Côte-d’Or, état civil de Dijon, acte de mariage du 10 février 1834 http://archivesenligne.cotedor.fr/console/ir_ead_visu_lien.php?ir=914&id=136811898# vues 184-185.
Archives départementales de Saône-et-Loire, état civil de Tournus, acte de décès du 30 juillet 1883 http://www.archives71.fr/archives/arkotheque/etat_civil/fond_visu_img.php?id_ark_type_fond=5&ref_id=41576 vue 15.
Ecole sociétaire – Maison rurale d’enfants à Ry (Seine-Inférieure), janvier-février et mars-avril 1872 (reproduction d’extraits de lettres de Vallot dans la rubrique « Correspondance »).
L’Education nouvelle par le libre essor des facultés. Bulletin trimestriel de la Maison rurale d’expérimentation sociétaire fondée à Ry, octobre 1876 et juillet 1877 (listes de souscripteurs et contributeurs à la Maison rurale).
Maison rurale d’expérimentation sociétaire à Ry (Seine-Inférieure), janvier 1883, (reproduction d’une lettre du 19 novembre 1882).

Bibliographie
Jean-Claude Sosnowski, notice « Oudot », Dictionnaire biographique du fouriérisme.


Index

Lieux : Châlon-sur-Saône, Saône-et-Loire - Dijon, Côte-d’Or - Tournus, Saône-et-Loire

Notions : Famille - Groupe local - Maison rurale de Ry - Réalisateurs

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Vallot, Claude », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en décembre 2012 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1080 (consultée le 20 octobre 2017).

 . 

 . 

 .