remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : décembre 2012

Gouté, (Anne-) Héloïse, née Coudray


Née le 16 janvier 1836 à Blois (Loir-et-Cher), décédée en 1916. Epouse de Charles Gouté. Soutient la Maison rurale de Ry. Fait partie des premiers abonnés de La Rénovation.


Héloïse Coudray, née de père inconnu, est la fille d’une journalière à Blois. Elle se marie avec Charles Gouté (voir ce nom), disciple de Fourier. Le couple vit d’abord à Blois, puis s’installe, probablement dans les années 1860, à une quinzaine de kilomètres, sur la commune d’Ouchamps, où trois enfants naissent de 1868 à 1870, Jéhovah, Velléda (qui meurt peu après sa naissance) et Minerve.

On la voit, ainsi que son mari, correspondre avec Riche-Gardon, un ancien fouriériste qui, dans les années 1860, accueille des lettres et des articles de ses ex-condisciples dans ses périodiques. La Renaissance publie en 1866 une lettre où elle déclare soutenir la création de la « société internationale pour la découverte des lois de l’ordre universel » proposée peu avant dans les mêmes colonnes par les fouriéristes Lamarche et Ernoult-Jottral ; « j’approuve de tout cœur [leur] projet […]. Comme eux, je désire un égal développement physique, moral et intellectuel de cette humanité qui a une mission si grande, si laborieuse à remplir en cette petite portion de l’univers » [1].

Elle et son mari apportent également leur contribution financière à plusieurs entreprises sociétaires, sans que l’on puisse toujours bien distinguer ce qui revient à l’un ou à l’autre, ou encore ce qui constitue un acte effectué en commun : dans les listes de souscripteurs à la Maison rurale de Ry, Jouanne indique tantôt Charles, tantôt Héloïse Gouté parmi les donateurs [2]. Dans les années 1880, elle fait partie des « dames patronnesses » de la Société des Orphelinats du Sig, fondée par le fouriériste Henri Couturier et très liée à l’Union agricole d’Afrique [3].

Quand Destrem crée un nouveau périodique sociétaire, La Rénovation, en 1888, les époux Gouté ainsi que leurs deux enfants envoient leur contribution financière. Héloïse participe aussi au financement de la statue de Fourier ; elle envoie 20 francs « en exprimant le vœu que les admirateurs de Fourier mettent plus d’empressement à souscrire pour sa statue » [4]. Après la mort de Charles, en 1899, elle continue pendant quelque temps l’abonnement à la revue (la rédaction la remercie pour son réabonnement en 1901 et 1905). Au début du XXe siècle, elle quitte Ouchamps pour s’installer à Blois. En 1916, dans son numéro de mai-juin, La Rénovation annonce le décès de Mme Gouté, seulement présentée comme la « veuve du très zélé phalanstérien Alexandre Gouté qui fut un adhérent des premiers temps de l’école sociétaire », alors qu’elle-même a visiblement partagé les espérances harmoniennes de son mari [5].


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : décembre 2012

Notes

[1La Renaissance, juin-juillet 1866. D’autres lettres d’Héloïse Gouté sont publiées en 1867 dans le même organe, ainsi que dans celui qui l’a précédé, Le Déiste rationnel, en 1864.

[2Les 250 francs versés sont associés au nom de Charles Gouté dans Ecole sociétaire – Maison rurale d’enfants à Ry, janvier et février 1871 ; et au nom d’Héloïse Gouté dans L’Education nouvelle par le libre essor des facultés. Bulletin trimestriel de la Maison rurale d’expérimentation sociétaire fondée à Ry, avec ménage d’enfants, Ecole de différents degrés, jardins et ateliers d’apprentissage, 7e année, 2e série, n°1, octobre 1876, liste des souscripteurs au 1er octobre 1876 ; dans le numéro d’avril 1877, L’Education nouvelle indique que Mme Gouté a versé 180 francs.

[3Orphelinats agricoles d’Algérie. Bulletin n°2, août 1883.

[4La Rénovation, n°107, 31 janvier 1899.

[5La Rénovation, n°252, mai-juin 1916.


Ressources

Sources
Archives départementales du Loir-et-Cher, état-civil de Blois, acte de naissance du 17 janvier 1836 (en ligne sur Archives départementales du Loir-et-Cher vue 550).
Archives départementales du Loir-et-Cher, recensement d’Ouchamps, 1901 et 1906 (en ligne sur Archives départementales du Loir-et-Cher vues 237 et 255).
Le Déiste rationnel, 1864-1865.
La Renaissance, juin-juillet 1866.
La Rénovation, 1888-1916.
Ecole sociétaire – Maison rurale d’enfants à Ry, janvier et février 1871.
L’Education nouvelle par le libre essor des facultés. Bulletin trimestriel de la Maison rurale d’expérimentation sociétaire fondée à Ry, avec ménage d’enfants, Ecole de différents degrés, jardins et ateliers d’apprentissage
, octobre 1876 et avril 1877.


Index

Lieux : Blois, Loir-et-Cher - Ouchamps, Loir-et-Cher

Notions : Famille - Maison rurale de Ry - Orphelinats agricoles d’Afrique

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Gouté, (Anne-) Héloïse, née Coudray », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en décembre 2012 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1066 (consultée le 2 octobre 2017).

 . 

 . 

 .