remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : octobre 2012

Ledrain, (Fréjus) Eugène


Né le 22 juin 1844 à Sainte-Suzanne (Mayenne), décédé le 16 février 1910 à Paris (XVe arrondissement). Prêtre, puis employé à la Bibliothèque nationale, et enfin conservateur et professeur au musée du Louvre. Spécialiste de l’Antiquité. Critique littéraire. Dirigeant de l’Union phalanstérienne autour de 1900.


Eugène Ledrain
(Source : Larousse mensuel illustré, mai 1910)

Fils de Guillaume Nicolas Fréjus Ledrain, gendarme, et d’Eugénie Couriat, Eugène Ledrain fait ses études chez les Oratoriens pour devenir prêtre ; il est ordonné, mais abandonne rapidement la carrière ecclésiastique, sans doute en 1876 [1].

Un spécialiste des civilisations anciennes

Il est déjà connu alors comme égyptologue (il a suivi les cours de Renan et de Maspero au Collège de France et travaillé sous la direction du second à l’École pratique des hautes études). Il entre, grâce à Renan, à la Bibliothèque nationale, où il est d’abord chargé du catalogue des antiquités égyptiennes (à partir de 1876), puis du catalogue des imprimés (à partir de 1878) [2]. Il est nommé en 1881 au département des Antiquités orientales du musée du Louvre, puis, deux années plus tard, conservateur-adjoint des Antiquités orientales, avant d’obtenir en 1908 la fonction de conservateur du département des Antiquités orientales et de la céramique antique. Il est aussi professeur à l’École du Louvre, qu’il contribue à fonder en 1882-1883 ; il assure alors un cours d’inscriptions sémitiques, puis dans les années suivantes, d’épigraphie assyrienne, phénicienne et araméenne. Le directeur de l’École vante « l’enseignement vivant et fécond » assuré par Ledrain [3].

Conservateur et enseignant, Ledrain est aussi l’auteur de publications savantes sur les civilisations de l’Antiquité, sur Israël, sur l’Egypte ainsi que sur l’Assyrie. Il propose une nouvelle traduction de la Bible, dirige une collection scientifique (Bibliothèque d’histoire orientale, chez l’éditeur E. Leroux) et participe avec Oppert et Heuzey, tous les deux membres de l’Institut, à la fondation de la Revue d’assyriologie et d’archéologie orientale dont il est l’un des rédacteurs, avec généralement des articles brefs.

Il fréquente également les milieux ethnographiques : en 1900, il fait partie du comité d’organisation du Congrès international des sciences ethnographiques, où il peut d’ailleurs retrouver ses condisciples fouriéristes Textor de Ravisi, Verrier et Gauttard [4].

Critique littéraire

Parallèlement à ses activités scientifiques, Eugène Ledrain collabore à plusieurs revues, politiques, philosophies et culturelles (Revue de philosophie politique, de Littré, La Revue bleue, L’Artiste) ainsi qu’à des périodiques généralistes (L’Eclair, La Nouvelle Revue, etc.). Il rédige des critiques littéraires sur des auteurs contemporains avec des jugements parfois très abrupts : « écrivain mordant et combatif [...], il eut à soutenir, un peu de tous les côtés, des polémiques ardentes. C’est ainsi qu’il eut de vifs démêlés avec Renan à propos de la Bible, avec tous les admirateurs de Flaubert au sujet de Salambô, où il trouvait des descriptions beaucoup trop brillantes et idéalisées de la ville de Tanil, avec Anatole France, avec Berthelot, avec Émile Zola, au sujet de la valeur morale du roman contemporain qu’il jugeait à peu près nulle » [5]. Cela lui vaut des attaques parfois très violentes [6].

« Intelligence vaste et curieuse, appuyée sur un fonds rare d’érudition », selon Le Figaro [7], il est aussi lecteur chez l’éditeur Lemerre. Il préface plusieurs œuvres littéraires et en particulier poétiques, ainsi qu’un ouvrage sur l’Inde et la littérature sanscrite. Il dispose de nombreuses relations dans les milieux littéraires et artistiques parisiens. C’est François Coppée, membre de l’Académie française, qui lui remet la Légion d’honneur quand il est fait chevalier en 1892. Cette nomination lui vaut d’ailleurs des critiques de La Croix, dénonçant « un malheureux prêtre défroqué, M. Ledrain, [...] qui à l’exemple de l’académicien renégat [Renan] se livre à des études rationalistes » [8].

Ces multiples activités empiètent sur ses travaux scientifiques. Ses publications deviennent d’ailleurs plus rares après les années 1890, et selon la nécrologie parue dans la Revue archéologique, « il était à peu près perdu pour la science » et « les promesses de son début n’avaient pas été tenues par son âge mûr » [9].

En 1897, il se marie avec Emma Wilhelmine Rascob, professeur au lycée Buffon. L’acte de mariage signale que Ledrain a eu un fils en 1888, avec une certaine Pauline Louise Ballin, enfant qu’il a reconnu et légitimé [10].

Dirigeant de l’Union phalanstérienne

Ce n’est qu’au milieu des années 1890 qu’on le voit figurer au sein du mouvement fouriériste, et très rapidement à la tête de l’un des courants sociétaires. Presque dès la formation de l’Union phalanstérienne, fondée en 1895 par quelques fouriéristes contestant l’orientation donnée par Alhaiza à l’École sociétaire, il est porté à sa présidence [11].

Il préside l’anniversaire du 7 avril organisé par l’École sociétaire en 1896 et y prononce un discours [12]. Puis, les relations entre l’Union phalanstérienne dirigée par Ledrain et le groupe de La Rénovation emmené par Alhaiza se détériorent. En 1897, les membres des deux courants sont ensemble devant la tombe de Fourier, mais se séparent pour le banquet qui suit [13]. Il en va de même en 1898, malgré des initiatives en faveur d’un banquet commun. Alhaiza impute à Ledrain la responsabilité de la division [14].

Membre du « comité de la statue de Fourier », il participe à l’inauguration du monument en juin 1899 et y prononce un discours où il présente « la pensée de Fourier » comme « celle de l’avenir », ainsi que le montrent « ces sociétés coopératives qui se pressent autour de sa statue, et celles qui se développent en Angleterre, en Belgique, dans le monde entier. Toutes se sont établies sur la formule du maître : Intelligence, capital, travail » [15]. Cette inauguration aggrave les dissentiments entre les deux courants sociétaires ; plusieurs périodiques, dont Le Petit Parisien (5 juin 1899) ayant écrit que Ledrain a parlé au nom des phalanstériens, Alhaiza proteste en déclarant que « M. Ledrain [...] n’a pas eu la moindre part dans l’œuvre, même celle de simple souscripteur » et qu’il n’était que l’« invité de l’“ Ecole phalanstérienne ” [dirigée par Alhaiza], seule initiatrice et réalisatrice, avec les associations coopératives, du monument de Fourier » [16]. Ledrain semble en effet utiliser les relations dont il dispose dans la presse pour mettre en avant l’Union phalanstérienne : en 1900, un compte rendu de l’anniversaire du 7 avril dans L’Éclair, journal auquel il collabore lui-même, déclare que le banquet de l’Union phalanstérienne a réuni « tous les fouriéristes connus » ; Alhaiza réagit violemment en s’attaquant à Ledrain, « si peu phalanstérien » [17] ou « soi-disant phalanstérien » [18].

Ledrain reste à la tête de l’Union phalanstérienne au moins jusqu’en 1902 : c’est en tant que tel qu’il figure - comme Alhaiza - parmi les membres du comité de la statue de Considerant, mais pas plus qu’Alhaiza, il ne participe aux décisions concernant la réalisation, puis l’inauguration du monument en août 1901 à Salins [19]. Il est absent de la fête organisée en juin 1901 par l’Union phalanstérienne en l’honneur de Zola, pour fêter la parution de Travail ; mais il représente encore ses condisciples de l’Union aux obsèques de Marie-Louise Gagneur, en 1902 [20].

Puis, il disparaît soudainement des manifestations et entreprises sociétaires. Il est vrai que l’Union phalanstérienne, en ces premières années du XXe XXe siècle, apparaît incapable d’atteindre son but : la réalisation d’un essai pratique. Cet objectif est d’ailleurs maintenant porté par un autre groupe, l’École Sociétaire Expérimentale, où l’on retrouve des membres et des dirigeants de l’Union phalanstérienne, mais pas Ledrain.

Il reste cependant actif dans les domaines de l’éducation populaire (il prononce des conférences dans les universités populaires) et de la libre pensée ; en 1904, il est l’un des membres fondateurs, avec Tarbouriech, Psichari, Alfred Naquet, C.-A. Laisant, du groupe rationaliste des libres penseurs, association qui « a pour objet de compléter l’action des associations similaires, qui travaillent à substituer à une société fondée sur la doctrine chrétienne et la division en classes, une société poursuivant la recherche de la vérité scientifique et la réalisation du progrès moral par l’emploi-exclusif des méthodes rationnelles » [21]. À la fin de sa vie, il préside le Cercle populaire d’enseignement laïque [22].

Cet homme, « petit, replet et voûté, portant un lorgnon retenu par un cordon, parlait d’une voix flûtée, mais avec une lenteur pleine d’onction » [23]. Il meurt en février 1910 et est incinéré au Père-Lachaise [24]


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : octobre 2012

Notes

[1Revue archéologique, juillet-décembre 1910. L’auteur de la nécrologie signale une rencontre avec « l’abbé Ledrain » en 1876 ; la même année, Eugène Ledrain rentre à la Bibliothèque nationale.

[2Archives du musée du Louvre, O30198, lettre du directeur de la Bibliothèque nationale ; et discours du directeur du Louvre lors des obsèques de Ledrain ; F1, organisation de l’École du Louvre, rapport du directeur, 17 juillet 1884.

[3Les Monuments égyptiens de la Bibliothèque nationale (cabinet des médailles et des antiques). Première livraison, Paris, F. Vieweg, 1879, préface, p. VIII.

[4Bulletin de la Société d’ethnographie, juillet 1900, p. 276-277.

[5Larousse mensuel illustré, mai 1910, « Ledrain ».

[6Voir par exemple, dans Ernest La Jeunesse, Les nuits, les ennuis et les âmes de nos plus notoires contemporains, 1913, « Une heure de la vie de M. Ledrain », p. 263-266 (le texte, daté de juin 1895, commence par : « M. Ledrain a un des plus remarquables talents que je connaisse : celui de donner à tout ce qu’il touche une odeur et une saveur de moisi et de moisi rance »).

[7Le Figaro, 19 février 1910.

[8La Croix, 15 janvier 1892.

[9Revue archéologique, juillet-décembre 1910, p. 152, nécrologie signée S. R.

[10Archives de Paris, 17e arrondissement, acte de mariage du 24 août 1897, qui mentionne la naissance, le 23 décembre 1888 à Puteaux, de Paul Ledrain.

[11Louis Sterlin, Le Bilan de la République, son passé, son avenir, Hangest-en-Santerre (Somme), chez l’auteur, 1896, p. 56-57 ; l’ouvrage reproduit le programme adopté par le conseil d’administration de l’Union phalanstérienne, 11 mars 1896 ; Ledrain signe en tant que président.

[12Le Journal des débats, 9 avril 1896 ; La Rénovation, n°75, 30 avril 1896.

[13La Rénovation, n°86, 30 avril 1897.

[14La Rénovation, n°98, 30 avril 1898.

[15Annales sociétaires, n°7, 30 juin 1899, discours de Ledrain.

[16La Rénovation, n°112, 30 juin 1899.

[17La Rénovation, n°122, 30 avril 1900.

[18La Rénovation, n°123, 31 mai 1900.

[19La Rénovation, n°134, 30 avril 1901.

[20Revue de sociologie et d’ethnographie, mars 1902.

[21L’Humanité, 22 juin 1904.

[22Cercle populaire d’enseignement laïque. Bulletin 1910-1911. Paul Painlevé, son successeur à la tête de l’association, fait l’éloge de Ledrain.

[23Paris-Journal, 19 février 1910, et Annales politiques et littéraires, 27 février 1910.

[24Le Temps, 20 février 1910.


Ressources

Œuvres

Aegypto-semitica, Poitiers, Imp de Oudin, s. d., 7 p. (en ligne sur Gallica).
Deux apocryphes du deuxième siècle, avec une étude sur la date du « pasteur d’Hermas, Paris, C. Douniol, 1871, 16 p. (extrait du Correspondant).
La Religion égyptienne, à l’occasion de la stèle de Mendès sur le culte du bélier, et des hymnes à Ammon-Ra et à Osiris, récemment publiés, Paris, Imp. J. Leclere, 1875, 8 p. (extrait du Contemporain, 1er septembre 1875).
Un grand seigneur féodal dans la Moyenne Égypte, dix siècles environ avant Moïse, Paris, Maisonneuve, 1876, 24 p. (extrait du Contemporain).
La Momie, Paris, Imp. J. Le Clère, 1876, 16 p. (extrait du Contemporain, 1er janvier 1876).
Le Papyrus de Luynes, lettre à M. Chabouillet, conservateur au musée des Antiques, Paris, Imp. de J. Le Clere, 1877, 20 p. (extrait du Contemporain, 1er mai 1877).
Les Momies gréco-égyptiennes ornées de portraits peints sur panneaux, Paris, Maisonneuve, 1877, 7 p. (extrait de la La Gazette archéologique).
L’Assyrie, l’Égypte, et Israël, Paris, A. Lemerre, 1877, 12 p. (extrait du Contemporain).
Les Monuments égyptiens de la Bibliothèque nationale (Cabinet des médailles et antiques), Paris, F. Vieweg, 1879-1881, 2 volumes.
Histoire d’Israël, Paris, Paris, A. Lemerre, 1879-1882, 2 volumes.
Les Antiquités chaldéennes du Louvre, Paris, J. Rouam, 1882, 15 p.
M. Renan et l’Ecclésiaste, Versailles, Imp. de Cerf et fils, 1882, 11 p. (extrait de Philosophie positive).
Une page de mythologie sémitique, sur un petit bijou du Louvre, Paris, A. Lemerre, 1882, 8 p. (extrait de Philosophie positive, mars-avril 1882)
Discours d’ouverture de MM. les professeurs de l’École du Louvre (avec A. Bertrand, P. Pierre, E. Revillout), Paris, E. Leroux, 1883, 142 p.
Papyrus du Vatican et papyrus de la Propagande, 1884 (extrait de la Revue d’assyriologie, 1884).
Quelques inscriptions palmyréniennes, 1885 (extrait de la Revue d’assyriologie, 1885).
Études sur quelques objets sémitiques, 1885 (extrait de la Revue d’assyriologie, 1885).
Études sur quelques inscriptions sémitiques, 1885 (extrait de la Revue d’assyriologie, 1885).
Les Fouilles de Suze, 1885 (extrait de la Revue d’assyriologie, 1885).
La Bible. Traduction nouvelle d’après les textes hébreu et grec, Paris, A. Lemerre, 1886-1899.
Dictionnaire des noms propres palmyréniens, Paris, E. Leroux, 1886, 59 p. (Publications de l’École du Louvre).
Notice sommaire des monuments araméens et himyarites du musée du Louvre, Paris, Société anonyme des imprimeries réunies, 1886, 55 p.
Notice sommaire des monuments phéniciens du musée du Louvre, Paris, Société anonyme des imprimeries réunies, 1888, 192 p.
Inscriptions palmyréniennes inédites, 1888 (extrait de la Revue d’assyriologie, 1888).
Quelques inscriptions sémitiques du Louvre, 1892 (extrait de la Revue d’assyriologie, 1892).
M. Renan, sa vie et son œuvre, Paris, Bureaux de l’Artiste, 1892, 20 p. (extrait de L’Artiste, novembre 1892).
Inscriptions sémitiques inédites, 1893 (extrait de la Revue d’assyriologie, 1893).
Dictionnaire de la langue de l’ancienne Chaldée, Paris, E. Leroux, 1898, V-572 p.
Edgar Quinet. A l’occasion du centenaire, Paris, Imp. de A. Picard et Kaan, 1903, 40 p.
Monuments nouveaux au Musée du Louvre, 1909 (extrait de la Revue d’assyriologie, 1909).

Codirection et publication d’articles dans la Revue d’assyriologie.
Collaboration à La Nouvelle Revue, L’Artiste, La Revue bleue, Philosophie positive, L’Éclair, Le Contemporain.

Sources
Archives nationales, F17/23 143, dossier pour son emploi à la Bibliothèque nationale.
Archives nationales, dossier de Légion d’honneur, base Léonore, LH/1543/34. (En ligne sur le site des Archives nationales)
Archives du musée du Louvre, dossier O30198, carrière d’Eugène Ledrain ; dossier F4, enseignants.
Archives de Paris, état civil du XVIIe arrondissement, acte de mariage du 24 août 1897. (En ligne sur le site des Archives de Paris, vue 20).
Ernest La Jeunesse, Les nuits, les ennuis et les âmes de nos plus notoires contemporains, 1913 (nouvelle édition), 356 p. (En ligne sur Gallica).
G. Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, Paris, Hachette, 1893.
La Rénovation, 1896 à 1901.
Le Sociétaire, 1897.
Les Annales sociétaires, 1898-1899.
La Croix, 15 janvier 1892.
Le Figaro, 19 février 1910.
Le Temps et Le Journal des débats politiques et littéraires, 20 février 1910.
Annales politiques et littéraires, 27 février 1910.
Larousse mensuel illustré, mai 1910.
Revue d’archéologie, juillet-décembre 1910
.

Iconographie
Portrait dans le Larousse mensuel illustré, mai 1910, p. 696.
Caricature dans Ernest La Jeunesse, Les nuits, les ennuis et les âmes de nos plus notoires contemporains, 1913, p. 264.


Index

Lieux : Paris, Seine

Notions : Antiquité - Assyriologie - Bibliothèque - Education populaire - Libre-pensée - Musée - Statue - Union phalanstérienne

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Ledrain, (Fréjus) Eugène », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en octobre 2012 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1046 (consultée le 24 septembre 2017).

 . 

 . 

 .