remonter 
Jean-Claude Sosnowski  |  mise en ligne : décembre 2012

Roux, Philippe-Jacques


Né en 1808 et décédé en 1887. Professeur au collège royal de Dijon (Côte-d’Or) puis à l’Université de Bordeaux (Gironde). Admirateur de Fourier en 1832.


Gabriel Gabet écrit en août 1832 à Fourier que Roux, professeur au collège royal de Dijon est l’un de ses « admirateurs », probablement l’un des seuls que Gabet ait réussi à convaincre. Gabet profite du congé de Roux à Paris pour lui faire transmettre ce courrier à Fourier.

Après des études au lycée Charlemagne à Paris, Philippe Roux a été reçu premier en 1825 à l’Ecole normale supérieure reformée. Il a été un temps professeur dans les collèges communaux de Cluny et de Saint-Omer. Lauréat du concours de l’agrégation de 1831, nommé brièvement à Reims, il est en 1832 professeur de la classe de seconde au collège royal de Dijon. En 1834 et 1835, il y enseigne la rhétorique. Il est nommé ensuite à Avignon puis en 1838 à l’Université de Bordeaux où il occupe une chaire de professeur de littérature française à la faculté des lettres de Bordeaux dont il devient doyen en 1875. Il est le fils de Jean-Baptiste Roux, originaire des Basses-Alpes (1765-1853) qui eut 8 enfants dont Paul-Constance (1811-1873), employé du service postal des bateaux de la Méditerranée, résidant en 1847 à Constantinople. A cette date, un autre, Denis (1809-1856) est professeur de rhétorique à Mulhouse. Enfin, Emmanuel (1819-1879) entre à l’Ecole française d’Athènes. Philippe-Jacques Roux a au moins deux enfants qui embrassent la carrière religieuse ; l’un, Philippe est aumônier du lycée de Bordeaux ; l’autre, André est vicaire de Saint-Louis des Chartrons à Bordeaux en 1898. Philippe-Jacques Roux décède en 1887. Membre de l’Académie des Sciences de Bordeaux depuis 1863, au sein de laquelle il occupe diverses fonctions dont celle de président en 1868, il est considéré comme un individu faisant preuve de « jugements, éclairés par le goût, tempérés par la bienveillance [...] jouissa[nt] d’une imposante autorité » [1].


Jean-Claude Sosnowski

Dernière mise à jour de cette fiche : avril 2013

Notes

[1De Tréverret, « Discours prononcé sur la tombe de M. Roux », Actes de l’Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, tome 49, 1887, p. 2.


Ressources

Œuvres

Entre 1861 et 1872 a publié de nombreuses études littéraires dans les Actes de l’Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux (en ligne sur Gallica).

Sources

Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS38 (8), lettre de Gabriel Gabet à Charles Fourier, 26 août 1832 (copie annexée au mémoire de M. Bally, l’original étant introuvable sur le microfilm).
Almanach royal et national pour l’an 1832, Paris, A. Guyot et Scribe, 1832, p. 417 (en ligne sur Gallica).
Almanach royal et national pour l’an 1834, Paris, A. Guyot et Scribe, 1834, p. 417 (en ligne sur Gallica).
Almanach royal et national pour l’an 1835, Paris, A. Guyot et Scribe, 1834, p. 420 (En ligne sur Gallica).
Edouard Féret, Statistique générale topographique, scientifique, administrative, industrielle, commerciale, agricole, historique, archéologique et biographique du département de la Gironde, III, première partie, biographie, Bordeaux, Féret et fils, Paris, G. Masson, É. Lechevalier, 1889, pp. 549-550.
G. Radet, « Les Débuts de l’Ecole française d’Athènes, la correspondance d’Emmanuel Roux », Revue des universités du Midi, nouvelle série des Annales de la Faculté des lettres de Bordeaux, tome IV, n° 1, janvier-mars 1898, p. 95-135 (en ligne sur Gallica).
« Liste des présidents depuis 1820 », Actes de l’Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, 1879, p. 206 (en ligne sur Gallica).
A. de Tréverret, « Discours prononcé sur la tombe de M. Roux », Actes de l’Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, tome 49, 1887, p. 2-3 (en ligne sur Gallica).

Bibliographie

Alexandre Bally, Gabriel Gabet, 1763-1863, du praticien de la Révolution au théoricien utopiste au XIXème siècle, Dijon, Université de Bourgogne, 1993-1994, mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine, p. 148.


Lieux : Dijon, Côte-d’Or

Pour citer cette notice

SOSNOWSKI Jean-Claude, « Roux, Philippe-Jacques », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en décembre 2012 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1030 (consultée le 22 septembre 2017).

 . 

 . 

 .