remonter 
Jean-Claude Sosnowski  |  mise en ligne : décembre 2012

Laville de Laplaigne (Delaville Delaplaigne), Antoine Emmanuel de


Né le 22 mai 1796. Médecin homéopathe à Dijon (Côte-d’Or) durant la monarchie de Juillet.


Laville est cité par François Cantagrel en novembre 1844, comme envisageant de donner des cours avec Nodot chez Nicolas, « qui a un grand salon [...], où ils se promettent d’attirer des civilisés le plus possible » [1]. Il est probable qu’il s’agisse du médecin Antoine-Emmanuel Laville de Laplaigne. Celui-ci est fervent défenseur de l’homéopathie, médecine que Chépy regrette justement de ne pas voir défendue dans La Démocratie pacifique.

Laville de Laplaigne, formé à la faculté de médecine de Paris, reçu le 23 avril 1818, installé à Lyon durant la Restauration, est établi à Dijon depuis 1833. En 1834, il demande que le siège de la Société homœopathique gallicane soit transféré à Dijon. Il énumère les partisans de cette médecine dans le département, parmi lesquels sont cités Jacques Grapin et Pierre Claude Edouard Mourgue tous deux phalanstériens. Il est poursuivi par les pharmaciens dijonnais en 1835 pour avoir dispensé des compositions homéopathiques de sa fabrication dans le cadre de ses consultations. Les pharmaciens refusant la vente de ce type de compositions, Laville de Laplaigne est reconnu dans ses droits. Son défenseur, l’avocat Mouzin, est l’un des initiateurs de la fondation de la Société homœopathique de Côte-d’Or. En 1836, Laville préside la Société homœopathique gallicane et initie la souscription destinée à frapper une médaille commémorant la venue de Samuel Hahnemann en France en 1835. C’est sa médecine qui soigne le « léger enrouement » de Victor Hennequin lorsqu’il transite par Saulieu en juin 1846. En 1847, Laville est devenu électeur censitaire au sein du collège du premier arrondissement de la Côte-d’Or, canton de Dijon-nord. Il verse une contribution totale de 230,12 francs, dont 79,48 à titre foncier, 103,47 à titre de contribution personnelle et mobilière et 47,17 pour les portes et fenêtres. Il réside en 1852 à Bordeaux. Il se qualifie d’homœopathe spécifiste. En 1863, il réside à Joanna, commune de Bassussary, canton de Bayonne (Basses-Pyrénées).


Jean-Claude Sosnowski

Dernière mise à jour de cette fiche : juin 2015

Notes

[1Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS37 (681Mi37), rapport de Cantagrel à Allyre Bureau, 5 novembre 1844.


Ressources

Œuvres

Mémoire sur les eaux minérales, douches et bains minéraux artificiels et sur les bains et douches de vapeur, Paris, Gabon, 1824 (en ligne sur Gallica).
De la Rage et de son traitement, Bordeaux, Féret fils, 1852 (en ligne sur Gallica).
Spécialité des maladies nerveuses. Quelques mots sur la doctrine médico-chirurgicale homœopathiquique spécifique..., A Joanna, commune de Bassussary, canton de Bayonne (Basses-Pyrénées), Bayonne, veuve Lamaignère, 1858 (en ligne sur Gallica).
L’épilepsie et la rage chez l’homme et chez les animaux, Bayonne, veuve Lamaignère, 1864.
Traitement de la fièvre jaune (vomito negro)..., Bordeaux, Crygy, 1870 (en ligne sur Gallica).
Quelques considérations sur la rage : mémoire présenté à l’Association française pour l’avancement des sciences, septembre 1872. 1re session. Congrès de Bordeaux par le Dr A.-E. L. de La Plaigne,... et P. Gasquet,..., Bordeaux, Emile Crugy, 1872 (en ligne sur Gallica).

Sources

Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS37 (2) (681Mi37), rapport de Cantagrel à Allyre Bureau, 5 novembre 1844 ; 10AS39 (2) (681Mi65), lettre de Hennequin du 23 juin [1846].
Archives départementales de la Côte-d’Or, M7iI6 , personnel médical et paramédical, affaires générales, états nominatifs, listes annuelles,..., 1841-1850 : brouillon du Recueil des actes administratifs, n° 13, p.. 117, 1842-post 1846.
Archives départementales de la Côte-d’Or, 3M78/4, liste générale des électeurs et jury formant le Collège du département de la Côte-d’Or, collège du 1er arrondissement, 1847-1848.
Ph. Mouzin, Mémoire pour M. Laville de Laplaigne, docteur médecin homœopathe, défendeur, contre Messieurs les pharmaciens de la ville de Dijon, demandeurs, Dijon, Douillier, 1835.
« Procès homœopathe entre MM. les pharmaciens de la ville de Dijon et le docteur Laville de Laplaigne », Journal de chimie médicale, de pharmacie et de toxicologie, décembre 1835, pp. 4-7 (en ligne sur Google livres).
Bibliothèque homœopathique, n° 1 et 2, quatrième année, tome 6, Paris, Baillière, 1836, p. 27 (en ligne sur Google livres).
« Sur la formation d’une société homœopathique dans la Côte-d’Or et demande du transfert de la Société gallicane à Dijon. Lu à la Société homœopathique gallicane, le 16 septembre 1834 », Bibliothèque homœopathique, n° 11, 4e année, tome IV, Genève, Gruaz, [1835], p. 259 (en ligne sur Google livres).
A M. le soussigné A.-E. Laville de Laplaigne, docteur en médecine de la Faculté de Paris..., (Signé : D. Blagny.), Dijon, impr. de Simonnot-Carion, [183 ?] (en ligne sur Gallica).
MM. Castellan frères, Almanach homœopathique..., Paris, Baillière, 1860, p. 500 (en ligne sur Google livres).
MM. Castellan frères, Annuaire homœopathique..., Paris, Baillière, 1862, p. 525 (en ligne sur Google livres).


Index

Lieux : Dijon, Côte-d’Or

Notions : Conférences - Groupe local - Homéopathie - Médecine

Pour citer cette notice

SOSNOWSKI Jean-Claude, « Laville de Laplaigne (Delaville Delaplaigne), Antoine Emmanuel de », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en décembre 2012 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1024 (consultée le 3 juillet 2017).

 . 

 . 

 .